Climat

Justice économique

Comment développer la résilience des agriculteurs et des agricultrices face aux dérèglements climatiques

 

Déclaration politique du mouvement mondial du commerce équitable à la COP 25

Les impacts environnementaux, économiques et sociaux du changement climatique menacent l’avenir des chaînes d’approvisionnement agricoles et affectent plus particulièrement ceux qui ont le moins contribué aux changements climatiques : les petits producteurs et, plus généralement, la population rurale des pays du Sud.

Les petits producteurs, en particulier ceux qui cultivent des exploitations de moins de deux hectares, contribuent à une part essentielle des systèmes alimentaires et agricoles mondiaux. Pourtant ces populations sont les plus vulnérables aux effets du dérèglement climatique et sont particulièrement menacés par la pauvreté et la faim.

La majorité des 800 millions de petits producteurs agricoles à travers le monde n’a pas les moyens d’investir dans l’atténuation et l’adaptation aux changements climatiques. Les pratiques commerciales déloyales dans les chaînes d’approvisionnement mondiales et le manque de trésorerie laissent les petits agriculteurs sans ressources pour couvrir les coûts réels d’une production agricole durable et résiliente face aux changements climatiques, dont l’agroécologie. De plus, les agriculteurs sont souvent dans l’incapacité d‘accéder aux programmes de financement ou d’assurance climatique.

Nos modes de production et de consommation actuels, ainsi que le manque de régulation en faveur de pratiques commerciales équitables et durables, notamment dans le secteur agro-alimentaire, entravent des objectifs de protection de l’environnement ambitieux et rendent plus difficile la réponse aux besoins de ceux qui se trouvent en première ligne de la crise écologique – les petits producteurs agricoles.

Des actions concrètes et ambitieuses sont nécessaires de toute urgence pour pallier les risques pour la sécurité alimentaire, qui jettent une ombre sur les ambitions mondiales des ODD. C’est pourquoi le mouvement global du commerce équitable exhorte les Parties de la CCNUCC à reconnaître les politiques et pratiques commerciales équitables comme une composante importante des stratégies d’atténuation et d’adaptation climatiques.

Le mouvement du commerce équitable appelle les Parties de la CCNUCC à la COP25 à répondre aux enjeux des pratiques commerciales déloyales, du déséquilibre de pouvoir dans les chaînes de valeur et d’une production et d’une consommation durables lors des négociations climatiques à venir. Les inégalités et les changements climatiques sont intrinsèquement liés, tout comme le sont leurs solutions. Des manières plus équitables de partager la valeur le long des chaînes d’approvisionnement rendent possible l’atteinte des objectifs sociaux et écologiques, tout en répartissant de manière plus égale le poids de la transformation de nos modes de production actuellement insoutenables. Dans ce but, nous demandons aux parties prenantes de:

  1. Placer les petits agriculteur.ice.s comme partie intégrante de la solution aux dérèglements climatiques et s’assurer qu’ils sont inclus en tant que parties prenantes lors de l’élaboration de politiques nationales d’action climatique et dans le développement des Contributions Déterminées au niveau National (CDN). Les petits producteurs agricoles ne sont pas seulement les plus affectés et vulnérables aux changements climatiques, ils ont également un savoir-faire traditionnel et une expérience en agriculture, qui peuvent être mobilisés pour trouver des solutions.
  2. Développer des politiques nationales pour allouer un soutien financier et technique adéquat aux petits agriculteurs afin de leur permettre de mettre en oeuvre et d’investir dans des solutions d’adaptation aux changements climatiques qui préservent leurs moyens de subsistance.
  3. Rendre les critères de sélection et les processus de mécanismes financiers, comme le Fonds Vert pour le Climat, accessibles aux petits agriculteurs et à leurs organisations, avec une attention particulière portée sur les productrices, considérant leur manque d’accès à l’appui technique, au renforcement de capacités et aux financements pour les mesures d’adaptation et d’atténuation climatiques.
  4. Promouvoir des mécanismes qui répondent à l’internalisation par les entreprises, des coûts de leurs activités économiques inéquitables et non respectueuses de l’environnement.
  5. Développer des politiques commerciales et agricoles qui augmentent la transparence, encouragent des actions en faveur du climat dans les chaînes de valeur et parmi leurs acteurs, par exemple en exigeant que les entreprises exercent leur devoir de vigilance en termes de respect des droits humains dans leurs relations commerciales avec les petits agriculteurs sans transférer les coûts de ces mesures à ces derniers.
  6. Investir dans la recherche agronomique dans les secteurs les plus impactés par les changements climatiques et promouvoir des pratiques agricoles résilientes centrées sur les petits producteurs (par exemple en préservant la biodiversité et les modèles agroforestiers qui respectent le savoir-faire traditionnel et la sécurité alimentaire).
  7. Promouvoir la consommation durable à travers des politiques d’achat public, des accords commerciaux, des programmes d’éducation et d’autres mesures qui promeuvent l’ODD 12 comme un outil efficace au service de la transition agroécologique et autres mesures d’atténuation des risques liés à la crise écologique. Tout cela doit inclure un soutien à l’artisanat et aux méthodes similaires de production neutres en carbone, qui peuvent fournir une source de revenus alternative et durable. Dans des secteurs comme le café et le cacao, parmi d’autres, cela permettra de répondre à l’enjeu majeur de la déforestation.

La 25ème Conférence des États signataires de la Convention-cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC), COP 25 a eu lieu du 2 au 13 décembre 2019, à Madrid. L’avenir de notre planète dépend en grande partie des décisions politiques qui ont été prises à la COP25 et de leur mise en œuvre immédiate, significative et ambitieuse au cours de cette décennie.

Position du Mouvement du Commerce Équitable pour la COP25

Autres sujets